lundi 18 juin 2012

Le Bonheur, notre Patrie

Dans ma pratique quotidienne, je réalise chaque jour un peu plus que l'Ancien et le Nouveau Testament sont des manuels de thérapie et que chaque parabole et chaque événement décrit un processus de guérison et la technique qui y conduit.

Au delà des clichés et des aspects historiques ou légendaires et au delà des problèmes de traduction ou d'interprétation qui ont parfois déformé l'Esprit du message, les deux « Testaments » portent bien leur nom. Ils nous lèguent le « journal de bord » de notre Famille…

Derrière la complexité de l’aventure qui a fait beaucoup de petits depuis Adam et Eve, le problème est toujours le même et la réponse toujours la même. Qu’il s’agisse des Hébreux quittant l’Egypte pour des années d’errance dans le désert ou d’un consultant dans mon cabinet, la quête est la même. Il est question du « retour à la maison », une maison confortable et paisible que notre "moi" ressent intuitivement comme son lieu d’origine…

L’impression de séparation crée le drame intérieur. Je sens que j’ai par essence droit à une patrie, à un espace intérieur ou l’amour, la santé, la paix et la sécurité sont des évidences incontestables mais j'ai en même temps le sentiment d'en être séparé mais sans vraiment savoir par quoi.

Chacun de nous porte en lui ce besoin de pouvoir s’abandonner en confiance, de savoir qu'il se trouve toujours là ou il doit être au moment où il doit y être et que "tout est bien".

C’est le fil de cette promesse qui constitue la trame des deux testaments
et c’est aussi le même fil conducteur qui traverse nos crises intérieures et nous aide à en sortir…

Dans nos moments de Bonheur la promesse est absorbée dans l'expérience de la Paix que procure la satisfaction d'être là où on avait envie d'être… Ces "expériences" alimentent notre Foi puisqu'elles nous confirment à la fois que nous ne sommes jamais autant nous-mêmes que dans le Bonheur et que par conséquent c’est notre vraie Patrie…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire