jeudi 19 juillet 2012

Message aux enfants d'Adam

" Ô fils d'Adam, tant que tu M'invoqueras et mettras ton espoir en Moi,
Je te pardonnerai les péchés dont tu te seras chargé, sans Me soucier de leur grand nombre.

O fils d' Adam, si tes péchés atteignent toute l'étendue visible du ciel,
et qu'alors tu implores Mon pardon, je te pardonnerai.

O fils d' Adam, si tu viens à Moi, ayant rempli la terre de tes péchés et qu' alors tu Me rencontres cependant que tu n' associes personne d'autre à moi, Je te donnerai de quoi la remplir autant de pardon ».

Commentaire :

Dans tous les textes sacrés, l'emploi du mot "péché" est synonyme "d'erreur", c'est à dire de "pensée erronée" ou "d'interprétation erronée". Contrairement à ce que certaines interprétations à contresens laissent penser, le péché n'a rien à voir avec les actes accomplis. C'est avant l'acte que se situe "l'erreur".

Toutes nos "erreurs" ont leur source dans "l'erreur originelle" dite aussi "péché originel". C'est l'erreur collective sur laquelle reposent tous nos comportements, toutes nos errances, tous nos problèmes et toutes nos angoisses.

Cette "erreur" peut sembler insignifiante mais elle est pourtant déterminante car elle est à l'origine du phénomène d'hypnose collective qui affecte l'humanité toute entière depuis la nuit des temps.

L'erreur qui affecte le vécu de chacun d'entre nous, c'est la conviction que la Créature est distincte du Créateur et que le "pouvoir" dit "humain" est distinct du "pouvoir divin". Comme s'il y avait deux pouvoirs séparés l'un de l'autre. Comme si l'eau de la rivière pouvait se croire coupée de la source ou que les rayons du soleil pouvaient être distincts de l'astre qui les génère...

Certains se disent "athées" et d'autres "croyants". Les athées prétendent ne pas croire et parmi les croyants, les croyances prolifèrent créant de plus en plus de séparation et de conflits...De fait tout ce petit monde barbotte dans le "péché", c'est à dire dans l'illusion de séparation qui nous empêche de recevoir l'inspiration de la Source.

Que nous dit la Source?
Elle dit simplement :"Je marche au milieu de vous et vous êtes mon peuple"...
Le message est limpide depuis des millénaires. Les prophètes se succcèdent pour l'exprimer à haute voix mais beaucoup trop de gens continuent à dire : "je croirai lorsque je verrai..."Le coeur bat, la respiration respire, le soleil se lève, les planètes tournent et le monde va sans notre intervention...mais nous continuons à réclamer des "signes"...

La question n'est en fait ni de croire ni de voir...
Ce qu'on appelle "le Divin" est indifférent à nos croyances.Il n'a pas plus besoin de notre conviction que le carburant dans le réservoir de notre voiture.Le tout est de savoir si on met le contact ou pas...

Pour réaliser le fonctionnement du Divin, il suffit de le comparer à une oasis...L'oasis ne sera pas vexée si les chameliers continuent leur route sans la remarquer...Les plus pénalisés seront les chameliers et leurs montures qui risquent de souffrir de la soif à cause de leur manque d'attention.
L'oasis est simplement là, à disposition.

La direction de l'oasis a beau être fléchée, certains haussent les épaules en passant devant la flèche. Ils se disent que c'est un mirage ou une publicité mensongère. Ils ont l'impression de faire preuve d'intelligence en disant "Oui, montrez-moi d'abord l'oasis,..."Ce faisant ils ne font que se priver d'un pouvoir qui est à portée de leur main. Et le résultat est qu'ils auront de plus en plus soif. D'autres, plus croyants se contentent de tomber à genou devant la flèche en ne réalisant pas que leurs prières ne feront pas venir l'oasis à leurs pieds...

L'oasis est plus proche que nous ne l'imaginons...Nous sommes en plein dedans! Il faut le réaliser.

C'est la réalisation de cette "présence" qu'on appelle le "repentir"...
Là aussi, le mot a été interprété de travers... Se repentir veut simplement dire "revenir"...Revenir vers le vrai pouvoir. Autrement dit, revenir à SOI.

Revenir à soi c'est cesser de s'imaginer que l'on est un poisson en exil hors de l'eau...C'est réaliser qu'on est toujours dans la mer et que ce n'est pas parce qu'on ne voit pas son dos qu'on a été coupé en deux...
Par nature, notre dos nous suit où que nous allions...

C'est cela le salut, la réalisation de notre unité.
Je dis bien "réalisation" car notre unité elle même ne peut jamais être affectée. C'est seulement l'inconscience de notre unité qui est à l'origine de tous nos troubles. C'est dans cette "révélation" intérieure que se trouve la clé de notre retour dans l'harmonie.

Enfin, pour terminer ce message, j'aimerai commenter un mot répété plusieurs fois dans la citation qui se trouve au début de cet article. C'est un autre mot souvent interprété à contre sens, il s'agit du mot "pardon"...Si on l'observe de plus près, on voit qu'il est composé de deux éléments : PAR et de DON...

Le pardon est donc un don fait par la divinité...

Que nous donne t'elle lorsque nous tournons notre attention vers elle?
Elle remplace tout simplement nos croyances erronées qui conduisent vers la souffrance par l'harmonie qui découle de la reconnaissance de notre véritable nature...
C'est le sens du mot PAR DON...

Qui ne voudrait échanger la croyance en la maladie contre la santé
la pauvreté contre l'abondance,
la tristesse contre la joie,
le problème contre la solution,
le malheur contre le bonheur,
la discorde contre l'harmonie,
...
vous pouvez continuer cette énumération...

Ce changement de "vocabulaire" décrit la transfiguration qui ne peut se produire que lorsqu'on a choisi de "revenir à la Maison" et que l'on réussit à s'y tenir, contre vents et marées...
Les mots "Abondance", "Joie", "Solution", "Bonheur","harmonie",...Sont tous des noms divins, ce sont nos noms. Il suffit pour s'en convaincre de sentir l'énergie qui vibre en nous lorsque nous pensons ou disons :

"Je suis la Santé",
"Je suis la joie"
"Je suis la vie"...

Essayez, vous allez voir.

Devant une telle évidence je me demande souvent pourquoi tant de gens préfèrent se plaindre en disant :

"Je suis malade",
"Je suis triste,
"Je suis crevé"...

C'est simplement cela le péché...
avoir oublié qui l'on est, choisir de souffrir inutilement à cause d'une erreur aussi ridiculement simple et s'obstiner à y rester...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire