mercredi 11 juillet 2012

Petite leçon de "dé-lire"


Nous avons acquis des codes de lecture
et d'écriture :
petit oiseau blablabla,
sur la feuille picore les lettres
Oh qu'il est appétissant le "I" de Dieu
Et D eu sans I ne veut plus rien dire
mais l'oiseau s'en va et les lettres restent
mystérieuses.

C'est là, dans ce sérieux des mots
et des idées qu'ils font semblant de valider
que nous pouvons nous amuser à jouer au dé-lire
qui quelque part est aussi destiné à dé-lier.
Essayons...

Le mot "Cancer" a l'air sérieux et grave
n'est-ce pas.
Il ressemble à un juge qui fait tomber un verdict incontournable.
Pourtant, il suffit d'une petite chenille verte
qui s'arrête un moment devant la lettre "C".
"Snif!Snif!"
Ca fait un moment qu'elle voyage sur cette page blanche,
ça creuse. Donc même si ce "C" majuscule ne sent pas très bon
on s'en contentera...
Et "Croc, croc, croc..."

La petite chenille peut poursuivre sa route...
A mi-chemin, elle se ravise, revient sur ses pas,
"Allez, juste un petit "r" pour la route
et elle laisse " ance " sur la page,avec juste une petite crotte derrière,
et en remontant à la verticale
elle se rappelle qu'elle ne ferait mieux de s'essuyer
pour rester toute mignone et éviter les odeurs.
Elle pose donc ses petites "fesses" sur la feuille
et voici ce que ça donne : "ance !"

Quelques présents plus tard un cruciverbiste arrive,
se penche sur ce bout de papier mystérieux et se dit :
"Mais ça ne veut rien dire..."

Il sort alors un crayon de sa poche,
se gratte la tête et ajoute finalement un "l" devant.
Il sourit, satisfait,
fait une boule de la feuille
(une boule bien serrée)
et la lance dans la corbeille
qui dit : "Merci, moi aussi j'avais faim"
Sans la moindre surprise
le cruciverbiste répond "De rien",
il sort de l'histoire en chantonnant
et il ne reste plus rien
nulle part

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire