mercredi 29 août 2012

Le "petit boson" et l'art de rester fluide.

Le 4 juillet 2012 une chose intéressante s'est produite. Des chercheurs du CERN, organisation internationale pour la recherche nucléaire ont annoncé avoir réussi à observer et à filmer le comportement d'une "entité" qui était jusqu'alors une hypothèse scientifique : "le boson de Higgs" surnommé aussi"la particule de Dieu".

Je souligne au passage le côté amusant de cette dernière dénomination qui laisserait supposer qu'il y aurait des particules qui ne sont pas de Dieu...(Hum)passons sur ce détail...

Ce qui est intéressant c'est de comprendre ce que le "petit boson" peut nous apprendre qui puisse être utile dans notre vie de tous les jours...

Pour résumer les choses dans les grandes lignes, il faut savoir que dans le domaine de la physique quantique, lorsqu'on observe de près les phénomènes de la vie, on réalise qu'a certains moments les choses se présentent sous forme fluide, c'est à dire comme des ondes lumineuses et à d'autres elles apparaissent sous forme "solide", c'est à dire qu'elles ont une masse. En fonction des conditions d'observation, le même phénomène est tantôt une "vibration" tantôt un "objet"...

Donc, ce qu'on appelle "réalité" apparaît donc donc tantôt sous la forme d'une onde, tantôt sous la forme d'une masse, et entre ces deux états se situe notre petit boson qui semble fonctionner un peu à la manière d'un interrupteur...

Pour rendre les choses encore plus claires encore, appliquons cette découverte à un domaine très familier: les conflits à l'intérieur d'un couple.

L'état fluide c'est "on s'aime tout va bien...". On va au café, on sirote un express en terrasse, les gens passent dans la rue, tout est fluide...C'est l'état d'onde lumineuse. Tout est possible et le défilé de tous les possibles depuis une terrasse de café constitue l'une des joies suprêmes du contemplatif urbain. On ne se pose pas de questions, la conversation et la vie coulent, les passants passent, tout semble en état de grâce...

Il peut se produire que tout à coup, de manière imprévue, un mot, un détail bloque tout le système et remplace la fluidité par un "instantané". "Clic-clac!" le doigt du petit "boson" appuie sur le déclancheur et on se retrouve avec un "Polaroïd" devant les yeux.

Un mot de travers, un souvenir passager suffit...Le doigt qui appuie sur le boson pour prendre le cliché vient forcément du passé puisque pour appuyer il faut qu'il existe déjà...Vous me suivez?

C'est à partir de ce polaroïd que risque alors de s'engager un débat qui peut déboucher sur un drame...Séparation, divorce, dispersion des biens, suicide, etc...Tout cela peut être généré par la simple prise au sérieux d'une nano seconde de réalité figée par le "boson".

Et pendant ce temps là la vie continue tout autour mais le couple en question peut rester figé comme un disque dur d'ordinateur. La seule solution est alors d'appuyer sur la touche "redémarrage" pour rendre la machine à nouveau utilisable...

Ce qui est très intéressant dans l'observation du boson, que ce soit au CERN (où il a été observé) ou dans notre vie de tous les jours où il fonctionne, c'est de réaliser où les phénomènes se produisent.

On aurait tendance à croire qu'ils se produisent dans le monde "physique" que l'on situerait plutôt à l'extérieur alors qu'en fait tout ce que nous constatons ne peut être que le résultat de notre observation...

Jusqu'à présent une implacable frustration affecte les scientifiques, c'est que sans observateur il ne peut pas y avoir d'observation...(On pourrait appeler cela indifféremment l'"oeil de Dieu" ou le "rire de Dieu"...)

Donc pour en revenir à notre couple et à son "petit boson", tout se passe sur la scène de l'esprit qui fait l'expérience de l'expérience.

Puisque c'est moi qui suis en train d'écrire ce texte, je dirai que j'ai remarqué qu'il y a des moments où je ne me pose pas de question et du coup je vis en tant qu'onde lumineuse mais dès que je commence à me poser des questions : "Clic!clac!Merci boson!" Je me retrouve face à un polaroïd avec toute la solidité qui va avec.

L'avantage de la "réalité" par rapport au polaroïd, c'est que je n'ai pas besoin de "détruire" quelque chose pour retourner à l'état fluide. Il me suffit de passer à autre chose pour retourner à l'état "quantique", c'est à dire à l'état lumineux...Cela demande juste un choix que je peux décider de faire ou pas.

C'est le seul endroit les choses peuvent coincer. Fluide ou Solide? Pas de troisième voie. Le "boson Dieu" n'a pas d'état d'âme. Si je choisi l'état de "grâce", il me permet de retrouver le bouillonnement de tous les possibles, si je choisis l'état de "gravité", je me retrouve figé dans la pose d'une photo souvenir qui absorbe toute mon attention...

La plupart des situations qui semblent nous bloquer sont celles qui manifestent d'une manière ou d'une autre nos attachements à nos photos souvenirs. En regardant de plus près notre "petit boson", j'ai découvert qu'il y avait quelque chose d'écrit dessus. Sur le côté pile on peut lire : "Lâcher prise" et sur l'autre "Rester attaché"...

Alors, un petit conseil, dès que vous sentez que "ça fige", puisque ce "boson" semble marqué du sceau divin, dites mentalement "A moi le boson!" et retrouvez votre fluidité...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire