samedi 25 août 2012

Un coeur sage et perspicace


C'est très souvent l'insatisfaction qui nous pousse à rechercher des solutions ailleurs que sur le plan que nous appelons "matériel". Un problème, une maladie, un drame vient troubler le "ron-ron" de notre quotidien et révèle soudain notre impuissance...Comme ce sentiment nous est en général insupportable, un peu à la manière d'un animal cherchant à sortir d'un espace clos, nous nous mettons fébrilement en quête d'issues de secours...

L'image de l'animal coincé correspond bien à notre attitude de panique face à certains problèmes. Toute situation de crise nous montre que cette partie "réflexe" en nous était devenue le logiciel de gestion dominant de nos vies : compétitivité, sentiment de propriété, conflits de pouvoir, importance attribuée au statut,impression d'injustice,...Derrière tout problème matériel nous pouvons découvrir l'une de ces composantes archaïques dérivées du souci animal de protection territoriale .

La partie "animale" en nous mérite notre reconnaissance. Elle joue ou a joué un rôle dans nos mécanismes de survie. Il n'en reste pas moins que ses compétences sont limitées. C'est ce que révèlent les situations de crise et l'émergence de problèmes...C'est la raison pour laquelle, d'instinct, beaucoup de gens aspirent à trouver un autre niveau de perception sur lequel une issue pourrait soudain se révéler à nous. Cela correspond à ce que le Physicien Albert Einstein évoquait lorsqu'il écrivait :"On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés."

Au départ d'un état de crise, l'objectif vers lequel nous nous tournons est presque toujours matériel : nous cherchons à remplacer la maladie par la santé, le manque d'argent par l'abondance, un conflit qui nous dessert par une solution en notre faveur,etc. En général à ce niveau de conscience, nos prières, méditations et recherches ont simplement pour but de faire pencher la balance dans notre sens...comme si le "pouvoir" était une couverture qu'il s'agirait de tirer assez fort vers nous pour nous éviter d'avoir froid aux pieds...

Lorsqu'on observe de plus près cette conception on peut voir qu'elle n'est que la transposition des modes de fonctionnement de notre logiciel habituel. Nous croyons nous être tournés vers le "Spirituel" mais en fait sans le réaliser nous sommes toujours dans le "matériel".

C'est ce qu'on appelle "l'Idolatrie". L'objet de notre recherche "matérielle" nous obnubile au point que nos prières s'adressent plus au Dieu de la Fortune, de la Santé, du Pouvoir,...qu'à un principe d'harmonie générale supportant toute la création...C'est dans ce cadre que fonctionne la fameuse loi d'attraction...

Dans le meilleur des cas, j'aurai beau avoir l'impression d'avoir résolu un problème passager grâce à la loi d'attraction, il n'empêchera qu'à l'heure de mon départ de ce plan d'existence tout sera à reconsidérer. Toutes les valeurs que j'aurai privilégiées de mon vivant n'auront alors plus vraiment d'actualité...Que ferais-je de ma santé, de mon argent et de mon pouvoir temporel à l'heure de ma mort? Il vaudra sans doute mieux qu'avant cette expérience j'ai commencé à utiliser un autre logiciel, celui qui permet "d'amasser des richesses dans le Ciel"

J'aime bien l'histoire qui relate le rêve du célèbre Roi Salomon dans l'Ancien Testament. Le Créateur lui apparaît pendant son sommeil et lui dit : "Demande! Que puis je te donner?" La question est directe et simple, elle ressemble à celle du génie d'Aladin.

Le jeune Salomon, qui vient de succéder à son Père répond "Maintenant, Seigneur, mon Dieu, c'est toi qui fais régner ton serviteur à la place de David, mon père, moi je ne suis qu'un tout jeune homme, et je ne sais comment gouverner."

Notons que Salomon ne pense pas à lui même. Son "problème" c'est qu'il ne sait pas comment gouverner le "royaume matériel" qui lui a été confié. Il le reconnaît en toute franchise devant le Principe Invisible puisqu'il sent que lui seul peut lui donner accès à un mode de gouvernement "éclairé".

Observons ce qu'il demande : "Il te faudra donner à ton serviteur un coeur qui ait de l'entendement pour gouverner ton peuple... ; qui en effet serait capable de gouverner ton peuple, ce peuple si important".

Il ne s'exprime pas en souverain mais en premier des serviteurs ("donne à ton serviteur"). Il sait que le peuple qu'il a pour charge de guider (sur le plan matériel)ne lui appartient pas mais qu'il lui est confié avec pour charge, d'assurer son bien être.

Salomon reconnaît bien sa responsabilité totale. Aceepter cette "responsabilité" c'est aspirer à être le lien fidèle entre le visible et l'invisible, une interface entre le spirituel et le matériel. Il comprend ainsi que de sa soumission à l'Inspiration Suprême dépendra le bien être du Royaume de Dieu sur terre. Salomon se sait totalement en charge, il reconnaît son impuissance à savoir quoi que ce soit et s'en remet totalement à l'Inspiration qui lui répond ainsi à travers la voix du "JE":

"Puisque tu m'as fait cette demande, et que tu n'as demandé ni une longue vie, ni des richesses, ni la mort de tes ennemis, mais que tu as demandé de l'intelligence pour rendre la justice: 12 Voici, je fais selon ta parole. Je te donne un cœur sage et intelligent, de sorte qu'avant toi nul n'aura été pareil à toi, et qu'il n'y en aura point après toi qui te soit semblable. 13 Et même, je te donne ce que tu n'as pas demandé, et les richesses et la gloire; de sorte qu'entre les rois il n'y en aura point de semblable à toi, pendant tous les jours de ta vie. 14 Et si tu marches dans mes voies, gardant mes statuts et mes ordonnances, comme y a marché David, ton père, je prolongerai tes jours."

Tous les épisodes présentés dans l'Ancien et le Nouveau Testament ont moins d'intérêt historique que symbolique. Il importe peu que les faits racontés aient eu réellement lieu, leur but est avant tout d'être des exemples éducatifs, de nous ramener à nous mêmes et de répondre à nos questions.

Nous sommes donc tous à notre façon, à la place du Roi Salomon. Lorsque nous rencontrons un problème, c'est toujours un problème de gouvernement...Prier pour nous mêmes, pour notre famille ou pour nos amis c'est rater une chance de comprendre notre véritable rôle : rétablir le "Royaume de l'Esprit sur la Terre", ni plus ni moins.

Cela peut sembler ambitieux ou disproportionné par rapport à un problème d'argent ou de santé qui nous semble personnel. Et pourtant, si à travers nos cas personnels nous pouvons résoudre les problèmes de tout un peuple, de toute une planète et que le changement commence par nous, pourquoi le refuser?

Souvenons nous que c'est en se reconnaissant responsable à 100% de tout le Peuple de Dieu qu'un jeune homme nommé Salomon est devenu un symbole de sagesse, de justice, de longévité et de prospérité. De la même manière, à chacun d'entre-nous, tout problème, toute crise, quelle que soit sa nature, offre une chance d'être en charge à 100% et de demander humblement : "entre tous les êtres tu m'as choisi seigneur pour résoudre ce problème au nom de tous je ne sais comment y parvenir,donne-moi Seigneur un coeur sage et perspicace"...

Obtenir la richesse ou la santé sans un "coeur sage et perspicace" c'est obtenir juste une infirme portion de l'Eau de la Vie. Posséder ce coeur, c'est avoir accès à tout moment à la Source intarissable de toute Sagesse.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire